La technique du lancer franc

Publié le 6 Septembre 2014

Le lancer franc est un geste essentiel au basket-ball, il peut vous faire gagner un match ou au contraire le perdre.
Le lancer franc est avant tout un geste mécanique et il n'y a pas de secret, l'entrainement est le seul moyen d'obtenir un tir efficace, précis et surtout régulier.

La préparation

L'alignement:

Il s'agit probablement du principe le plus important.
L’objectif est de lâcher la balle en étant totalement aligner avec le panier.
Il faut mettre en « ligne » l’épaule, le coude et le poignet.
Puis il faut placer le pied droit en avant pour les droitiers (ou gauche pour les gauchers).
L’autre pied est dans une position confortable quelques centimètres en arrière, orteils orientés à environ 30° à gauche de la ligne droite (droitiers).

La prise du ballon:

En pliant les jambes, on réalise quelques dribbles de préparation devant le pied fort (toujours le même nombre), ceci en fouettant le ballon avec le bout des doigts de la main forte, l’autre main reste sur le coté (ce geste permet de contrôler le fouetté correct du prochain tir).
Pour préparer l’armer, on place les mains, doigts écartés, sur le ballon.
Les deux mains formant presque un angle droit : la main forte au dessus, les doigts perpendiculaires aux rainures du ballon et l’autre main sur le coté et en dessous.

Position du corps et des avants bras:

En restant bas (jambes pliées), on rectifie la position des mains si nécessaire : le bout des doigts de la main forte sur une rainure pour obtenir toujours la même sensation durant le fouetté (terme utilisé en basket).
Le poignet de la main forte est maintenant cassé derrière la balle (angle droit) et au dessus du genou.
En inspirant, on arme le tir en amenant le ballon au dessus du coude tireur en montant celui-ci dans l’axe du genou tireur : les talons sont toujours au contact du sol.

Viser le centre du panier:

On maintient en bloquant sa respiration la pose au moins une seconde.
On regarde fixement le point de visé (vision centrée sur le milieu opposé du cercle), en gardant le coude dans l’axe central du panier.
Les deux mains forment un « T » (la main forte « de tir » en dessous du ballon prête à fouetter la balle et la main faible « de guide » sur le coté).
Les doigts sont écartés et le ballon ne repose pas sur la paume de la main forte, il est sur le bout des doigts.

Le lancer et la fin du geste

On réalise le tir en expirant, en accompagnant le ballon jusqu’au bout des doigts et en cherchant à se grandir : extension simultanée des jambes et des bras en finissant sur la pointe des pieds, ceci sans effectuer de saut (pour la régularité du geste et éviter ainsi toute violation de la ligne de lancer-franc).

On maintient la position et la visée tant que le ballon n’a pas atteint sa cible, ceci en ayant les deux bras tendus vers le cercle : finition poignet de tir cassé, index et ou majeur orienté(s) vers l’axe central et le sol.

Principes à respecter par le tireur

Le rituel : il faut que ce geste devienne une routine et il faut savoir contrôler sa respiration.

La concentration : il faut éliminer toute tension nerveuse et ne penser qu’au seul lancer-franc.

La préparation : il faut prendre son temps pour aller à la ligne de lancer-franc.

Les lancers manqués :

Observer à quel endroit le ballon arrive quand le tir est manqué afin d’apporter des corrections.
Pour une balle sortie sur le coté, centrez-vous sur le contrôle du plan sagittal, de la fin du geste, et vérifier s’il n’y a pas une interférence de la deuxième main.
Pour une balle trop courte, vérifier la fin du geste, la flexion du poignet, l’extension complète de la hanche, du genou et du coude, et de l’avancée du poids du corps.
Lancer en douceur mais avec fermeté. La trajectoire peut être tendue. Pour une balle trop longue : les jambes ont donné trop d’énergie, la trajectoire était trop basse..
Pour un lancer trop fort : manque de fluidité du mouvement, en particulier lors du lâcher de balle, manque de relâchement lors du porter de balle.

Conclusion

L’apprentissage du lancer franc est un des fondamentaux essentiel en basket-ball et particulièrement lors d’un match.
Ce geste grâce à l’entraînement doit devenir « facile » sans forcer et en gardant en permanence l’équilibre.
Il requiert de la souplesse au niveau des articulations (chevilles, genoux, hanches, coudes et poignets).
Il possède également une dimension « mentale » qui ne doit pas être négligée.

Rédigé par AJCB

Publié dans #techniques d'entraînement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article